L’origine de l’hyperphagie

Lorsque l’on souhaite traiter une pathologie ou un trouble il est préférable d’en connaître son origine pour avoir plus de facilité à la traiter. Mais lorsque l’on parle du trouble du comportement alimentaire de l’hyperphagie, cela se complique car il est pour le moment encore difficile d’en trouver son origine. Cette information n’est d’ailleurs pas étonnante lorsque l’on sait que ce trouble qui entraîne une surconsommation alimentaire n’est encore que très peu reconnu et au contraire de la boulimie ou de l‘anorexie, il n’est pratiquement jamais diagnostiqué.

Pour ma part, si je sais désormais quels sont les facteurs qui déclenchent mes crises d’hyperphagie, il m’est difficilement possible de savoir quelle est l’origine exacte de ce trouble et comment il est réellement apparu. Toutefois, bien que je ne sache pas si c’est vraiment ça, j’ai quelques pistes de réflexion que j’aimerais partager avec vous dans cet article et qui je l’espère pourront vous aider à comprendre les origines de votre trouble et ainsi plus facilement le combattre.

 

Avant de commencer, rien de ce que je vais dire plus bas n’a été prouvé scientifiquement, ce sont juste des pensées d’un ancien hyperphagique qui souhaite en aider d’autres à mettre des mots et des solutions sur leur trouble.

Maintenant que c’est dit, je pense qu’on peut déterminer trois grandes phases dans mon hyperphagie et qui correspondent à trois stades de ma vie.

Enfance et hyperphagie

C’est une réflexion qui m’est venue avec le temps et avec du recul mais l’origine de mon hyperphagie tient d’abord dans mon enfance. Je ne sais pas si l’on peut parler d’hérédité ou de mimétisme, toujours est-il que j’ai grandi avec des parents eux aussi hyperphages. Cela ne s’est jamais trop vu chez ma mère et je ne pourrais pas affirmer à 100% qu’elle est atteinte de ce trouble, j’en suis par contre totalement sûr pour mon père qui présente tous les symptômes de l’hyperphagie.

Ainsi, dès l’enfance la nourriture a toujours été un moyen de se rassurer, a toujours été disponible en quantité, il y avait toujours de quoi grignoter et surtout il apparaissait comme normal que de manger dans des quantités trop excessives.

Je pense donc que c’est la première phase du trouble et qui au fur et à mesure du temps dans mon évolution et tout au long de mon enfance a mis en avant le fait que manger beaucoup était la normalité.

Adolescence et hyperphagie

L’adolescence étant une période charnière de la vie lors de laquelle on se construit énormément, elle évidemment un impact important dans le reste de notre vie. J’y suis arrivé avec quelques kilos en trop et même si je ne pense pas qu’on puisse parler de harcèlement scolaire, vous imaginez bien que j’ai eu le droit à quelques moqueries sur mon poids.

Je pense que cela a renforcé mon hyperphagie car je n’avais pas les armes pour prendre du recul à cette époque. Je n’aimais pas l’école et je n’avais pas confiance en moi, ce qui me faisait compenser lorsque je rentrais chez moi l’après-midi en prenant des goûters gargantuesques que je considérais comme la normalité.

Je ne rentre pas dans les détails exacts de tous les moments où pouvait se manifester le trouble, mais cela vous permet d’avoir une vision sur comment l‘hyperphagie s’installe puis se nourrit elle même avec le temps.

Âge adulte et hyperphagie

Le passage à l’âge adulte a été une phase critique de mon trouble de l’hyperphagie puisqu’avec l’âge a aussi augmenté les sources de stress et d’angoisses qui sont venus nourrir la pathologie. C’est aussi je crois le moment où j’ai commencé à faire mes premiers régimes (drastiques pour le coup) et qui m’ont eux aussi entraîner dans un cercle vicieux au cours duquel je me privais puis finissais toujours par craquer en faisant des crises d’hyperphagie spectaculaires.

La bonne nouvelle, c’est que c’est aussi le moment où j’ai découvert mon hyperphagie et que j’ai trouvé des solutions pour en guérir. Vous pouvez d’ailleurs retrouver un article concernant cette phase ici.

Conclusion

Il est difficile de trouver une origine exacte à l’hyperphagie, les sources peuvent être variées à mon avis. Mais ce qu’il est important de comprendre si vous vous trouvez dans cette situation ou si vous souhaitez aider un proche atteint de ce trouble c’est que la première étape pour en sortir c’est de déceler cette pathologie,  de l’accepter et de mettre des mots dessus.

Lorsqu’on a fait ce premier pas, la route de la guérison n’est plus très loin et propose tout un tas de chemins différents pour s’en sortir à travers différentes thérapies, médecines douces, exercices à mettre en place, etc.

 

Afin que je puisse vous aider face à ces troubles alimentaires et vous proposer les meilleurs contenus possibles, j'ai créé un questionnaire dédié.

X