Traitement hyperphagie : tout savoir

L’hyperphagie correspond à un trouble du comportement alimentaire où le patient a des crises de suralimentation, sans ressentir la fin et qui s’arrête lorsqu’il a des doubleurs abdominales. Le diagnostic est généralement posé par les médecins lorsque ces épisodes surviennent minimum deux fois par semaine depuis au moins trois mois. Heureusement, grâce à une bonne prise en charge, il est possible d’en guérir. Outre le rééquilibrage alimentaire nécessaire, je vous explique tout ce que vous devez savoir sur le traitement de l’hyperphagie, aussi appelée binge eating.

Les thérapies cognitives comportementales (TCC)

Elles correspondent à des thérapies intrapsychiques développées durant la seconde moitié du XXe siècle. Elles ne traitent pas uniquement les symptômes de l’hyperphagie. Elles vont essayer de trouver l’origine psychique de ces manifestations. Durant la thérapie, le praticien va tenter d’identifier et de comprendre les schémas et conflits limitant la vie du sujet et créant ces troubles, pour ensuite les modifier.

La thérapie commence par une prise de contact, comme tout travail centré sur l’aide. Le thérapeute va alors établir les buts et motivations au changement. Dans le cadre d’un patient hyperphagique, l’objectif premier est de sortir de cette dépendance à la nourriture.  Puis, le praticien va dégager un diagnostic clinique et comportemental, pour établir une stratégie de changement.

Bien souvent, le patient ne possède pas une seule anxiété. Le thérapeute va alors exposer ses hypothèses au patient. Ensemble, ils vont alors travailler en hiérarchisant les actions à mettre en place et les anxiétés à faire évoluer. La TTC représente une thérapie brève. À la fin de celle-ci, il faut évaluer son efficacité et prévenir de la rechute.

Le traitement par la Programmation neurolinguistique (PNL)

Il s’agit d’un ensemble de techniques de communication et de transformation de soi, qui visent nos réactions plus que l’origine des comportements. Il vient donc en complément des thérapies cognitives comportementales. La PNL, dans le cadre d’un patient boulimique, va donc l’aider à gérer ses crises d’alimentation, sans en chercher réellement la cause. C’est une thérapie brève, de quelques semaines à six mois maximum.

Le professionnel va tout d’abord recueillir les informations pour faire un point sur son état, les processus à l’origine du problème. Il va noter les situations et conflits, les croyances et autres modèles de pensées. La deuxième étape consiste à définir un objectif avec le patient : ce qu’il désire modifier par la PNL, ce qui est possible ou non. Une fois la mise au point effectuée, le praticien met en œuvre les différentes techniques et vérifie le résultat pour prévenir de la rechute. Généralement, les patients ressentent les effets bénéfiques dès la première séance.

Le traitement par l’hypnose

L’hypnose thérapeutique correspond à une pratique visant à modifier certains comportements en cherchant à atteindre l’inconscient. Le patient se retrouve à l’état hypnotique. Son application dans les troubles du comportement alimentaire est de plus en plus utilisée. Dans le cadre de l’hyperphagie, elle permet de réduire le nombre de crises, sans forcément en traiter l’origine. Il s’agit également d’une thérapie brève.

Il existe 4 types d’hypnose :

  • traditionnelle, où le praticien dirige la séance, au travers de suggestions directes ;
  • semi-traditionnelle où l’hypnotiseur émet des suggestions directes ou indirectes ;
  • nouvelle, où l’accent est mis sur la relation patient/thérapeute ainsi que leur communication ;
  • ericksonienne, où le patient est acteur de sa mise en condition hypnotique.

Une séance dure 45 minutes. L’hypnose est déclenchée de manière progressive. La thérapie se déroule comme les précédentes. La prise de contact définit le point de départ et la prévention de la rechute, la dernière étape. Entre-temps, le praticien va recueillir toutes les informations nécessaires à la compréhension du problème puis établir une série d’objectifs.

Le traitement de l’hyperphagie par les médicaments

Dans les formes d’hyperphagie, aussi appelée binge eating, les plus graves, notamment celles diagnostiquées très tardivement, les thérapies sus-citées ne suffisent pas : la dépendance à la nourriture masque une grave dépression. On estime que près de la moitié des personnes hyperphagiques développent une dépression. L’estime de soi, la perte de plaisir et le sentiment de culpabilité nécessitent une prise en charge psychiatrique, notamment par des antidépresseurs, qui vont réguler le taux de sérotonine, le neurotransmetteur impliqué dans la gestion des émotions.Si le sujet présent des signes d’obésité, un traitement médicamenteux est nécessaire pour prévenir de certaines maladies comme :

    • un diabète de type 2 ;
    • un cholestérol élevé ;
    • certains cancers ;
    • des maladies cardiaques ;
    • l’arthrose ;

Le traitement de l’hyperphagie est multidimensionnel. Le patient va bénéficier :

  • d’un suivi nutritionnel pour réapprendre à manger ;
  • d’un suivi somatique ;
  • d’un suivi psychique, via les thérapies cognitives comportementales, la PNL ou l’hypnose ;
  • et dans certains cas, un suivi psychiatrique.

 

5 réflexions au sujet de “Traitement hyperphagie : tout savoir”

Laisser un commentaire

Afin que je puisse vous aider face à ces troubles alimentaires et vous proposer les meilleurs contenus possibles, j'ai créé un questionnaire dédié.

X